Je débute l'IEF Steiner

La posture de l’éducateur Steiner Waldorf avec les enfants de moins de 7 ans

Les enfants de moins de 7 ans vivent dans la conscience qui est la plus éloignée de la nôtre, nous adultes.

C'est donc un effort particulier que nous allons devoir réaliser en nous pour nous mettre à sa portée. L'adulte va porter en lui une fermeté bienveillante, un amour qui va entourer l'enfant d'une chaleur rassurante.

Entre 0 et 3 ans

L'enfant va demander une présence et une attention toute particulière. C'est un âge où il va gagner à éviter d'être dans un grand groupe (moins de 12 enfants). A cet âge, les enfants sont encore centrés sur eux-mêmes, ils jouent côté à côte et interagissent légèrement, à tâtons, pour se rencontrer. Traditionnellement, les enfants restaient "dans les jupes" de leur mère, la suivant dans les activités quotidiennes.

De la joie et de la sérénité

Avant tout, les enfants ont besoin d'être avec un adulte joyeux et chaleureux. Ils sont besoin de lenteur, de calme et de contact physique. L'adulte qui est avec eux va surtout offrir du soin pour le corps. On va les porter, les changer, les soigner...Alors naturellement les comptines et les petites chansons courtes traditionnelles d'un pays, avec des paroles douces, vont commencer à leur apprendre le monde dans la sécurité. Un enfant de cet âge doit se sentir en confiance pour aller vers la marche, la parole et vers les autres.

De la confiance pour marcher

En même temps, les comptines que l'on fait sur les mains et les autres parties du corps permettent à l'enfant de se découvrir, de coordonner des mouvements en jouant. C'est la simplicité qui devrait rythmer le quotidien.

De la patience

Comme les parents et les éducateurs doivent être patients ! Combien de fois l'enfant va-t-il tomber avant de se tenir debout ? Combien de fois va-t-il imiter l'adulte avant de savoir faire quelques gestes qui l'aideront à aller vers l'autonomie ? Et nous répétons, sans cesse, car l'enfant apprend par imitation jusqu'à ses 8/9 ans. L'imitation s'efface progressivement entre 7 et 9 ans.

Lorsqu'il rencontre les autres enfants, il ne sait pas prêter et c'est aussi un geste qu'il va devoir apprendre, petit à petit sans violence. Le petit enfant ne comprend pas la loi, il ne la respecte pas encore. Alors la posture de l'adulte est dans l'accueil du conflit, de la douleur, de la colère, du rejet parfois...il va prendre du recul, car rien n'est vraiment grave si on regarde bien. Nous observons et nous accompagnons dans le moment présent, c'est toujours là que l'enfant se trouve.

Si l'adulte a confiance en l'enfant alors celui-ci le sent, c'est un véritable cadeau que nous lui faisons !

Un adulte vigilant qui se connaît

Parfois l'enfant nous met en difficulté...que me dit-il ? Que dois-je travailler en moi pour l'aider à dépasser cette douleur, cette frustration ? Nous grandissons avec lui !

Travailler dans la joie

A cet âge, la mission de transmettre un savoir est complètement anachronique. L'adulte transmet ce qu'il est, ses valeurs et même la gestion de ses propres émotions. L'enfant devient ce que nous sommes pour un moment...des conflits entre enfants ? que ce passe-t-il entre les adultes ?

Certes, le contact avec les petits de 0 à 3 ans est fatiguant, un parent qui reste toute la journée avec son enfant de cet âge verra peut-être ses forces le quitter en fin de journée...peut-être avant... car notre outil de travail, c'est nous-mêmes. C'est vrai si l'on travaille avec des enfants au quotidien mais c'est également vrai si l'on s'occupe de sa famille chaque jour.

Certains enfants ont besoin de plus de nos forces que d'autres...

Alors, quel est le meilleur allié du parent, de l'éducateur, du jardinier ou de la jardinière d'enfant ? Le sommeil. Dormir régulièrement, suffisamment tôt le soir est une aide considérable. C'est beaucoup plus important que de préparer une activité pour le lendemain !

Des adultes qui coopèrent

Si vous vous occupez d'enfants pensez aussi au lien avec les parents. Plus l'enfant est petit et plus le lien avec les parents doit-être ténu entre eux et vous. Si vous êtes parents, alors travaillez à créer un lien avec la personne qui s'occupe de votre enfant, inquiétez-vous d'elle, de sa journée avec l'enfant, des problèmes qu'elle peut traverser dans sa vie. Votre enfant les vivra aussi...

Pour aller plus loin, je vous envoie vers le magnifique film de Nicole Bar et Bernard Bonnamour sur les stades du développement de l'enfant: Invitation au plus beau des voyages

De 3 à 7 ans

L'enfant est prêt à rencontrer les autres enfants, plus avant. Souvent, il entre au Jardin d'enfants. A la maison, c'est le moment, où il peut commencer à apprendre à jouer avec d'autres. En petit groupe encore...à 2 ou 3 c'est déjà très bien. On est encore très proche de l'enfant de moins de 3 ans. C'est dans les activités du quotidien que l'enfant va apprendre le mieux. Il commencer à construire une certaine confiance en lui. Garçon ou fille, il nous accompagne dans le ménage (avec son petit balai, son plumeau, sa petite éponge etc.), il va étendre le linge, en prenant le temps, en alternant les couleurs des vêtements, il va mettre une belle table avec des fleurs, une belle nappe et des serviettes etc. L'organisation du lieu de vie est important. L'adulte montre, y prend plaisir, il créé et l'enfant aussi.

Faire la cuisine ensemble

Par ailleurs, l'adulte qui a des enfants de moins de 7 ans autour de lui va parler peu et chanter beaucoup ! Chantonner en travaillant, chanter de véritables chansons d'enfants qu'il peut répéter, des chansons joyeuses et surtout de belles chansons... Quelle chance d'avoir un adulte qui chante autour de lui (même si ce n'est pas parfaitement juste !).

Le besoin de limites pour être rassuré

Tout ce que j'ai écrit plus haut est toujours vrai, mais à mesure que l'enfant avance, il va demander où sont les limites. Entre 2 et 3 ans déjà, l'enfant dit d'abord NON puis son prénom pour se désigner et enfin, il dit JE. Le non ne veut pas dire non, il veut dire JE mais c'est encore trop fort à dire, il n'est pas prêt. Dans ses moments la posture de l'adulte est importante. Se dresser frontalement, risque d'épuiser tout le monde. Bien souvent, il suffit de lui prendre la main pour réaliser que finalement, si, il a envie de se promener avec nous.

Alors, doit-on vraiment lui proposer des choix pour tout ? Ne peut-on pas lui dire: "allez hop ! on suit ce papillon, il a l'air de savoir où il va !", " Regarde cette belle confiture de fraise, quel bon goûter nous allons manger !". Si l'enfant n'est pas d'accord, je crois qu'il nous le dira 😉 !

Qu'en pensez-vous ? Quelle est votre expérience ?

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Me prévenir